L'Analyse Bioénergétique

al lowen« L'analyse Bioénergétique s'appuie sur la réalité corporelle et ses fonctions fondamentales de motilité et d'expression ... Elle co-intègre un travail corporel, un travail sur la dimension interpersonnelle et un travail sur les processus psychiques. »

L'analyse bioénergétique est née de la passion d'un homme, Alexander Lowen, qui donna à son dernier livre un titre résumant son oeuvre : « Pour honorer le corps » (Honoring the Body, 2004). Tout au long de sa vie, il explora les fondements énergétiques sur lesquels repose la dynamique de la vie et, lorsque ceux-ci sont menacés ou perturbés, comment apparaissent des phénomènes pathologiques.

De Freud à Reich

freud 1Sigmund Freud s'était rendu compte que le problème de fond de toutes les affections psychologiques, quelles qu'elles soient (inhibitions, angoisses, dépression, phobie, obsessions, etc.) étaient une conséquence de problèmes et conflits vécus dans l'enfance et non résolus : ils conduisaient aujourd'hui à une vie affective et sexuelle insatisfaisantes.
Freud avait alors conçu une méthode aidant ses patients à se souvenir des situations passées traumatisantes ou conflictuelles. La psychanalyse proposait de parler librement, de manière associative, pour remonter jusqu'aux pensées inconscientes, aux souvenirs pénibles vis à vis desquels le patient luttait et se défendait, pour ne pas souffrir, ce qui, paradoxalement, bloquait sa vie actuelle.

reich 1Wilhelm Reich découvrit que les conflits de l'enfance n'avaient pas seulement provoqué des réactions psychologiques mais aussi des réactions physiques, corporelles, se manifestant sous formes de tensions musculaires.
 Ces tensions bloquaient les flux énergétiques, retenant également les charges émotionnelles et affectant leur expression. Ces tensions correspondaient en fait, aux excitations, sensations et émotions ayant été désapprouvées ou culpabilisées durant l'histoire infantile.
En conséquence, le traitement des problèmes dits "psychologiques" devait prendre une autre dimension. Il devait dorénavant impliquer non seulement le psychisme mais aussi le corps.

C'est à cet endroit que Reich allait se séparer de Freud et de la psychanalyse. Freud pensait pouvoir résoudre ces problèmes par le seul abord psychologique et verbal, Reich montrait quelles en étaient les limites : apprendre à connaître l'origine de ses difficultés et exprimer verbalement ses sentiments retenus était nécessaire mais non suffisant. Car si le corps, l'organisme, conservait ses tensions musculaires et posturales construites depuis l'enfance en réaction aux conflits, le potentiel énergétique qui permettait d'éprouver, d'aimer et d'agir, restait coincé, figé, appauvri. Reich développe alors un modèle théorique et thérapeutique psychosomatique.

De Reich à Lowen : La Spécificité de l'Analyse Bioénergétique

Reich fut le formateur de Lowen de 1940 à 1952 et son analyste de 1942 à 1945.

Lowen a gardé les principes essentiels du fonctionnement humain que Reich a établis, dans leur dimension énergétique et psychosomatique. Il a préservé, en fondant l'analyse bioénergétique, la dimension analytique de l'élaboration verbale que Reich avait eu tendance à négliger dans sa dernière évolution technique, avec l'orgonthérapie. En 1956, il fonde l'Institut d'Analyse Bioénergétique à New York, puis, l'analyse bioénergétique se développant dans de multiples pays, il fonde l'Institut International d'Analyse Bioénergétique (IIBA).

lowen 2 bwL'analyse bioénergétique s'adresse à l'ensemble du Soi (Self) de la personne. Pour lowen, la cuirasse musculaire est une manière dont le corps inscrit les expériences conflictuelles de l'enfant : elle est de l'histoire solidifiée, puisque la tension musculature chronique sculpte le corps et y fixe l'histoire à chacun de ses moments critiques. Cette cuirasse musculaire n'est donc pas qu'une présence anatomique, elle est une manière d'exprimer la vie émotionnelle sous sa forme inhibée : elle traduit l'inhibition de toute excitation, qu'il s'agisse du plaisir, de l'angoisse, de la peur, de la colère ou de la peine.

Lowen a développé les principes, méthodes et techniques spécifiques à l'analyse bioénergétique, permettant de résoudre les conflits de personnalité et la souffrance qui en résulte :

1) Une conception structurale de la cuirasse musculaire

Cuirasse musculaireA la différence de Reich qui préconisait une méthode « associationiste »  relâcher les tensions en partant de la tête (segment oculaire) pour cheminer progressivement jusqu'au bassin (segment pelvien) - Lowen prescrit une méthode « structurale » - chaque type de personnalité ou « caractère » (schizoïde, oral, état limite, narcissique, psychopathique, masochiste et rigide) est organisé comme un tout, et doit être abordé alternativment "par le bas" (par un travail corporel, énergétique et émotionnel) et "par le haut" (par un travail psychique associatif, interprétatif et verbal).

2) L'intégration de la partie inférieure du corps (jambes et pieds) : le « grounding »

groundingLowen décrit un huitième segment de tensions musculaires : les membres inférieurs. Il montre leur importance au cours du développement (d’attachement, de séparation-individuation, de génitalisation), et leur double fonction : de décharge de l’excédent d’énergie vers la terre afin de réguler l’équilibre homéostasique, et d’ancrage dans la réalité (« avoir les pieds sur terre », c’est-à-dire la sensation physique d’être en appui sur le sol). Ce principe, connu comme principe de « grounding » a fait école et a été intégré dans la plupart des thérapies psychocorporelles actuelles.

3) Une nosologie complète des structures de personnalité

Lowen a poursuivi la conceptualisation des structures de personnalité (les « caractères ») amorcée par Reich. Elle a été l'objet de publications successives (cf. bibliographie en fin d'article). Ces structures pathologiques sont au nombre de sept : schizoïde, orale, état limite, psychopathe, narcissique, masochiste et rigide.
Chaque structure est définie dans son étiologie, son système défensif psychocorporel, son organisation énergétique, émotionnelle, corporelle, psychologique et relationnelle, dans ses modes de résistance et ses modes transférentiels.

4) Le développement de méthodes et techniques thérapeutiques corporelles

Lowen a développé des méthodes et techniques thérapeutiques psychocorporelles spécifiques à chacune des structures de personnalité : ensemble d'attitudes thérapeutiques, situations de travail et exercices appropriés. Ces techniques, situations et exercices, ont également fait école et ont été intégrés dans la plupart des thérapies psychocorporelles actuelles.

De Lowen à nos jours : l'évolution de l'Analyse Bioénergétique

S'appuyant sur son expérience clinique, ses investigations, les réflexions menées dans les champs psychothérapeutiques connexes et les résultats de recherche contemporains, la communauté bioénergétique a stimulé une évolution théorique, méthodologique et technique de la pratique clinique dans les champs suivants :

1) La dimension de la relation d'attachement

attachement 2L'analyse bioénergétique s'est enrichie de cette dimension théorique en reconnaissant que l'instinct d'attachement (Bowlby 1969-80, Attachement et Perte, Ainsworth, 1978, Patterns of Attachment, Main, 1988, Discovery of an insecure-disoriented attachment pattern, etc.) est, dès l'origine de la vie, aussi présent et structurant pour le sujet que l'instinct sexuel. Le mode d'attachement de l'enfant à sa mère a des incidences profondes et durables sur l'identité de soi, son organisation corporelle et psychique, sa sexualité et ses relations futures. Nous pouvons établir des correspondances entre les modes d'attachement anxieux tels que les théoriciens de l'attachement les ont définis et empiriquement validés (« anxieux-évitant », « anxieux-ambivalent » et « désorganisé-désorienté ») et des structures de personnalité préverbales telles que Lowen les a présentées (« schizoïde », « orale » et « état limite »).

2) L'abord spécifique du trauma

L’analyse bioénergétique a développe une méthodologie spécifique du trauma et de la résolution du stress post-traumatique. Elle s'adresse à l'excessive quantité d'énergie mobilisée par la situation traumatique qui n'a pu être libérée, aux patterns somato-sensori-émotionnels habituels qui ne fonctionnent plus, aux représentations traumatiques inexprimables, ainsi qu'au système d'attachement profondément perturbé.

3) La mise en jeu de mémoires spécifiques et distinctes

CerveauUne psychothérapie bioénergétique facilite l'activation de mémoires spécifiques ayant enregistré les évènements sensoriels, émotionnels, moteurs, imagés ou parlés survenant au cours du développement. Chaque mémoire ses propres lois d'enregistrement et ses propres lois de restitution du souvenir.

La « mémoire procédurale » est une mémoire qui enregistre depuis la naissance (et sans doute durant la période intra-utérine) les expériences non verbales sensorielles et de vitalité, les évènements corporels et les évènements interactionnels. Ces expériences maintes fois répétées donnent lieu à des procédures somatosensorielles, des schèmes sensorimoteurs tels que respirer, s'activer, regarder, se mouvoir, agir, des postures et mimiques parties prenantes de notre manière spécifique d’être, ainsi que des « modèles d'attachement et d'interaction ». Toutes ces procédures non verbales et en partie préverbales, constituent une sorte d'« inconscient biologique » datant de la petite enfance. Elles peuvent devenir conscientes et être (enfin) régulées lorsqu'elles font l'objet d'un travail corporel spécifique. Cette mémoire procédurale n’est pas activée par la parole mais par le « faire », l’ « agir » et l’ « interagir ».
La « mémoire sémantique » est mature et fonctionne avec l'apparition du langage verbal, à partir de l’âge d'environ 2 ans ½. Elle inscrit les évènements sous forme d’images et de mots, sous forme de représentations mentales ou cognitives. C'est en pensant et « en parlant » que l'on rappelle ces expériences passées et qu'on les élabore.
L'action thérapeutique bioénergétique porte donc sur les contenus de chacune de ces mémoires et sur leur articulation cohérente, sachant que chaque système de mémoire possède ses propres lois de fonctionnement et ne peut être mis en jeu que selon des modalités de travail qui lui sont propres : corporelle, comportementale, interactionnelle ou verbale.

4) Des ressources pour la régulation neurobiologique du Soi

embraceUne attention particulière est portée sur la régulation des états neurobiologiques du patient. Ces états se manifestent sous forme de signaux non verbaux : son regard, ses mimiques, la tonalité de sa voix, a posture, ses micromouvements, le rythme de sa respiration, etc. Ces signaux, lorsqu’ils sont dysrégulés depuis la toute petite enfance, sont inconsciemment adressés au thérapeute afin qu’il les régule enfin.

A. Schore (2001, The effects of a secure attachment relationship on right brain development, affect regulation and infant health) affirme que les communications patient-thérapeute reposent fondamentalement sur un échange de signaux corporels transitant par leur système limbique car souvent sans images et sans mots. Le thérapeute, comme la mère empathique, se laisse toucher intérieurement par ces signaux. Ses neurones miroirs les reflètent. Il les comprend et y répond par une intervention qui correspond à ce dont le patient a besoin à ce moment pour sa propre régulation émotionnelle, et en fonction de ses capacités d'intégration actuelles. Il peut ainsi vivre l'expérience d'être compris et construire peu à peu l'état de sécurité intérieure qui lui a manqué, enfant. Le corps résonant du thérapeute est l'instrument fondamental au service de l'accordage et de la régulation psychobiologique du patient. Cela exige du psychothérapeute une formation intense et profonde, une capacité à se laisser affecter tout en régulant ses propres vécus contre-transférentiels.

5) La pluralité des modes de relation thérapeutique

Canape freudienChaque structure de personnalité, chaque personne en fonction de qui elle est à ce moment de sa vie et du processus thérapeutique, chaque problématique spécifique explorée durant le processus thérapeutique, est en attente d'un mode de relation ajusté de la part du thérapeute.
Le mode de relation transmis depuis Freud est la « relation analytique », orientée vers la prise de conscience des pensées, des fantasmes, des affects, des désirs réprimés, des mouvements inhibés, et orientée vers leur traduction verbale. Elle implique souvent l’interprétation, par le thérapeute, de ce qui ré-émerge du passé dans le processus présent.

Un deuxième mode de relation mis inconsciemment en jeu par le patient est la « relation de transfert ». Ce mode désigne le fait que le patient réactive diverses pensées ou émotions liées à son passé, lesquelles, surgissant dans sa conscience, sont souvent projetés sur la personne du thérapeute, comme si celui-ci incarnait l’interlocuteur historique sa (mère, son père, etc.) auquel ces pensées et émotions sont originellement liées. Elles sont donc « transférées » dans le présent, sur la personne du thérapeute ou dans la relation thérapeutique. Il incombe au thérapeute – et au patient - d’interpréter de tels phénomènes et de leur donner une signification de manière à rétablir une relation plus réelle.

attachement 1Un troisième mode de relation, la « relation intersubjective », défini beaucoup plus récemment, correspond au besoin du patient de percevoir une autre personne réellement présente, capable d’implication subjective et de résonance sensori-émotionnelle, dans une juste distance continuellement évaluée. Ainsi se crée un espace de rencontre dans lequel des modalités non verbales de communication sont impliquées, et dans lequel le patient peut construire sa propre subjectivité. La relation intersubjective repose sur la capacité du thérapeute à expliciter, verbalement ou non verbalement, sa propre expérience intérieure, en réponse à celle, verbale ou non verbale, de son patient. Elle favorise un processus de cocréation de significations mutuellement partagées.

En conclusion

Rendons hommage à Lowen d'avoir exploré l'interface corps - psyché un demi-siècle durant, ouvrant de nouveaux horizons pour la psychothérapie et une méthode fondatrice des thérapies psychocorporelles. Il a ouvert l'espace thérapeutique à l'exploration des contenus non verbaux et préverbaux qui ne peuvent être ramenés à la conscience et remis en jeu que sur un mode corporel et interactionnel.
Remercions les chercheurs et théoriciens de l'attachement pour avoir exploré l'interface Soi-environnement depuis un demi-siècle et être à l'origine de plusieurs de nos ajustements méthodologiques, notamment en reconnaissant qu’il  n'existe pas de système énergétique « isolé », mais un « champ interpersonnel » favorisant la construction d'un Soi « suffisamment sécure ».
Saluons les recherches actuelles sur les mécanismes engagés dans la régulation neuro et psychobiologique du Soi, articulant les deux interfaces Soi-corps et Soi-environnement. L'incidence est directe sur les méthodologies de travail des traumas, développementaux ou factuels, et des désordres liés au stress post-traumatique (PTSD).

BIBLIOGRAPHIE SUCCINTE

Lewis R.: (1984), Cephalic shock as a somatic link to the false self personality, Comprehensive Psychotherapy, 4, 1984, Trad. fr. 1996, Le choc céphalique, une réaction somatique sous-tendant le faux "self", Les Lieux du corps, n°3, Ed. Morisset, Paris, 39-55.
Lewis R.: (1986), Getting the head to really sit on one's shoulders : a first step in grounding the false self, The Clinical Journal for Bioenergetic Analysis, Vol.2, n°1, 56-77.
Lewis R.: (1998), The trauma of cephalic shock: clinical case study, The Clinical Journal for Bioenergetic Analysis, Vol.9, n°1, 1-18.
Lowen A.: (1958), The language of the body, Grusse and Stratton, New York, 1977, trad. fr. Le Langage du Corps, Tchou, Paris.
Lowen A.: (1965), Breathing, movement and feeling, Monograph, Institute for Bioenergetic Analysis, New York.
Lowen A.: (1968), Expression of the self, Monograph, Institute for Bioenergetic Analysis, New York.
Lowen A.: (1975), Bioenergetics, Coward, Mc Geogham Inc, New York, trad. Fr. (1976) La Bioénergie, Tchou, Paris.
Lowen A.: (1985), Narcissism, denial of the true self, Macmillan Publishing Company, New York, 1987,
trad. fr. Gagner à en mourir, une civilisation narcissique, Hommes et Groupes, Paris.
Lowen A.: (1990), The spirituality of the body, McMillan, New York, (1993) trad. Fr., La spiritualité du corps, Ed. Dangles, St-Jean-de-Brayes.
Lowen A.: (2004), Honouring the Body, Bioenergetic Press, Alachua, Florida.
Reich W.: (1933), Charakteranalyse, 1949, Caracter Analysis, Wilhelm Reich infant Trust fund. 1971, L'Analyse Caractérielle, Payot, Paris.
Reich W.: (1940) The function of the orgasm, Orgone Institute Press, New York, (1952) trad. Fr. La function de l'orgasme, L'Arche, Paris.
Tonella, G. : (1994), L'Analyse Bioénergétique, Ed. Morisset, Paris, Réed. (2000), Ed. Dalilo, Paris.

 

Back to top