L'Implication affective et corporelle du psychothérapeute : Nécessaire ? Avec qui ? Pourquoi ?

Guy TONELLA  © 2010

Présentation proposée lors d'une conférence du CFAB, Toulouse, Avril 2010

 

Conf_CFABCes questions correspondent à des préoccupations que nous avons tous aujourd’hui, psychothérapeutes, toutes Ecoles confondues.
Liée à l’évolution de la structure sociale et des valeurs sociales,  la psychopathologie préœdipienne, préverbale, tend à occuper aujourd’hui le devant de la scène. Elle est axée autour des questions d’identité (qui suis-je ?), de déficit narcissique (manque d’auto-sécurité, d’auto-confiance et d’auto-estime) et de trauma préverbal (s’être senti précocement désavoué dans son être, dans sa subjectivité naissante). La demande en psychothérapie a évolué de « pouvoir comprendre » à « pouvoir être et pouvoir faire ». Ces questions impliquent les fondements du Soi, dans ses racines corporelles, émotionnelles et intersubjectives.

Nous sommes donc confrontés à ce qui a manqué au Soi en construction pour que ce Soi existe, puis qu’il sache faire, enfin qu’il sache penser afin de donner un sens à la vie. Exister, faire, penser. Cela semble si simple ! Et pourtant cela suppose un processus lent, complexe, semé d’embûches.

...

 

Pour en savoir plus, téléchargez l'intégralité de cet article en PDF :

Publié dans Articles en Français

Back to top